Participation au concours d'idées eVolo 2014 avec Arnaud Thomas.

evolo 2014 - jean-benoit boccaren et arnaud thomas - planche 1
evolo 2014 - jean-benoit boccaren et arnaud thomas - planche 2

B.A.B.E.L company a été crée en l’an 10 après le délitement des états. Alliance des groupes informatiques les plus performants au monde, l’entreprise s’est fixée comme objectif de regrouper et classer tous les savoirs du monde afin de les préserver et d’en assurer le maintien.
Les premiers entrepôts ont été crées à la suite de l’effondrement des grands musées nationaux, dans le but de conserver leurs œuvres, produits du savoir humain depuis des millénaires.

Progressivement, le délitement des Etats-nations et de leurs gouvernements entraînant une menace pour la préservation du monde, de ses écosystèmes à ses mémoires, matérielles et virtuelles, un besoin de conservation bien plus complet a vu le jour. C’est ainsi que la compagnie, se sentant le devoir de répondre à cette demande pressante, a développé son offre de services toujours plus perfectionnés, aboutissant aujourd’hui sur la Memory, son chef d’œuvre de technologie le plus perfectionné.

La tour se compose de plusieurs épidermes. La peau extérieure réfléchissante est constituée d’une accumulation de panneaux composites translucides, chargés entre autres de capter la lumière du soleil et de la convertir en électricité. La seconde peau -le data center- est un ensemble de machines connectées, permettant de stocker et traiter de grandes quantités de données. Les serveurs ventilés produisent une chaleur douce permettant d’augmenter la température interne du noyau de la tour et facilite la vie humaine ainsi que la préservation de microcosmes. Le centre de la tour abrite des environnements variés pour l'homme et la végétation.

La Memory est un ensemble de tours connectées et groupées a plusieurs endroits du globe. Les parcs sont généralement implantés sur les côtes profitant des étendues marines et des courants aériens qui régulent la température des serveurs. La verticalité permettant de stocker une grande quantité d'informations directement accessibles, à la manière des très anciennes bibliothèques. Elle est une réponse formelle adaptée aux nouveaux systèmes informatiques consommant une grande quantité l'espace et dont l'architecture réseau est centralisée.

A la manière du cloud computing, la Memory assure la sauvegarde et l'intégrité des données. Les puissants algorithmes élaborés par les ingénieurs de la compagnie permettent de traiter des ensembles de données volumineux et d'effectuer des calculs et statistiques d'un genre nouveau (BIG DATA).

Dans ces ordres de grandeur, la capture, le stockage, la recherche, le partage, et l'analyse des données sont redéfinis. On évoque souvent de nouvelles possibilités en termes de connaissance et d'évaluation, d'analyse tendancielle et prospective, de gestion des risques, de phénomènes religieux, culturels, politiques, mais aussi en termes de génomique ou métagénomique, pour la médecine, la météorologie et l'adaptation aux changements climatiques, la gestion de réseaux énergétiques complexes, l'écologie ou encore la sécurité et la lutte contre la criminalité.

Les tours sont les vestiges de la gloire passée des cités de la finance, secteur économique privilégié du temps de son apogée. Elles sont aujourd'hui des systèmes vivants informatiques et biologiques, temples de la mémoire intelligente au service de l'humanité.

Les tours sont les vestiges de la gloire passée de la cité.
Tout ce que fabrique l'organisme n'est pas moins l'expression de l’ADN que la nature de cette organisme lui-même.
— Cette théorie s'applique aussi bien au barrage du castor qu'à la toile de l'araignée.
— Absolument, mais je préfère nettement comme métaphore "la barrière de corail", elle est d'une beauté à nulle autre pareille.
Si les sens de la vie résident dans l'information contenue dans l’ADN, alors les sociétés et les civilisations ne sont que de gigantesques banques de mémoire, une métropole comme celle-ci, une mémoire externe tentaculaire.
— Qu'il m'est difficile de saisir tes projets, Ô Dieu, il y en a tant ! Comment pourrais-je les compter ? Il y en a plus que de grains de sable.
— Mais si j'arrivais au bout de mon calcul, je n'aurais pas fini de te comprendre.
Ghost In The Shell II

Brodsky & Utkin